[ distribution ] UCEM: "Voir plus grand et plus loin "

C’est la célèbre île d’Ibiza qui a accueilli du 28 au 31 mai derniers, le congrès UCEM. Echanges, partages, convivialité et bonne humeur, apanage de ce rendez-vous annuel, n’ont pas dérogé à la règle. Une fois encore, l’occasion pour les équipes UCEM, de rappeler que l’avenir se joue collectif, et que l’expérience client est, et reste, l’enjeu essentiel pour aujourd’hui comme demain. « La passion comme métier, l’humain comme moteur. », le leitmotiv du groupement, reste, à n’en pas douter, toujours autant d’actualité !

publié le Lundi 27 Aout 2018

Précédente Suivante

Martine Llobet, Présidente de l’UCEM a rappelé que le congrès est également le rendez-
vous des trois enseignes qui compose le groupement : Monsieur Meuble, Crozatier et Meublena , soit au total, un réseau de 175 magasins, représentant une part de marché de 21 %, sur le segment milieu de gamme de l’ameublement. Les trois enseignes, apportent
une véritable richesse au groupement, mais doivent tout en étant complémentaires, être travaillées de manière différentielle. La présidente n’a pas oublié de rappeler l’ambition majeure de L’UCEM, celle de renforcer sa place sur le segment milieu haut de gamme.

Des Objectifs clairs
L’uniformisation du réseau est une nécessité, un point sur lequel a largement insisté Martine Llobet, rappelant l’ensemble des outils mis à disposition et l’importance pour tous, à suivre les préconisations établies. Elles prennent sens et légitimité, pour répondre aux exigences croissantes des clients. « Nous devons sécuriser ce qui est nécessaire à la bonne marche de
nos entreprises en ne laissant aucune place au hasard, pour la concrétisation des ventes !
» Le travail d’uniformisation se poursuit avec l’installation des nouvelles façades Monsieur Meuble et Crozatier. Monsieur Meuble bénéficiera bientôt d’une solution merchandising optimisée en service au réseau et pour rendre l’ensemble cohérent. Crozatier quant à
lui, verra une évolution de son concept intérieur pour l’automne prochain. Ce concept restera sur un principe d’univers maison, mixant les styles avec des espaces personnalisés, et un parcours consommateur plus fluide, permettant ainsi, de mettre en avant le positionnement
premium de l’enseigne.
Le dispositif du développement réseau est renforcé, et plus particulièrement celui de Crozatier, qui compte désormais 27 magasins, 2 ans après avoir rejoint le giron de l’UCEM.
Un autre axe stratégique est à l’honneur, celui du numérique, avec la mise en place d’une stratégie web to store pour les trois enseignes, avec une offre complète « à l’instar de l’outil 3D Labo M de Monsieur Meuble, qui permettra et contribuera très prochainement à optimiser l’expérience client », précise Martine Llobet.
Le mot de conclusion reviendra à Elliot Senaya, Directeur Général de l’UCEM, qui a rappelé les valeurs fondamentales du groupement "La relation à l’autre est essentielle, aussi devons-nous la travailler et la cultiver. C’est ce que nous nous efforçons de faire au sein de l’UCEM. Notre modèle repose sur le lien humain et la mutualisation des ressources et du partage d’expérience. Pour conquérir le consommateur il faut la compétence, l’intégrité et la bienveillance. Pour réussir demain, il nous faut anticiper les attentes du client, lui proposer des offres, suivre ses habitudes de consommation, donner la priorité au savoir-faire, maitriser les enjeux de la data, car ils sont de plus en plus importants. Tous ensemble nous devons
y travailler pour apporter du service et tout un univers chez nos clients."
Et de rappeler
« La passion comme métier, l’humain comme moteur. »

L’ART DE LA COMMUNICATION AVEC LES CLIENTS

L’ensemble des participants au congrès ont pu assister à une démonstration performante et étonnante de l’art du décodage ... par Matthieu Sinclair, psycho-illusionniste, qui transpose
l’approche du magicien dans le champ du management de l’entreprise. En effet, à travers différents tours, plus déroutants les uns que les autres, il propose un voyage à travers
une personnalité unique : la vôtre ! Il démontre qu’il vous connaît, vous reconnaît, alors qu’il ne vous a jamais rencontré ; L’illusion est parfaite et le trouble s’installe. Pour exemple : avec
5 gobelets posés à l’envers sur une table, un clou sous l’un des gobelets mis par une personne choisie dans l’assistance et le jeu peut commencer. Matthieu Sinclair demande alors par un truchement de questions à travers un dialogue avec son interlocuteur, sous quel gobelet peut se cacher le clou (ce dernier doit essayer de masquer ses émotions pour ne pas dévoiler où se situe le clou). Matthieu Sinclair est il extra lucide ? Non, pas du tout. Il décode simplement les signes non verbaux que nous émettons sans le savoir : clignements de paupières, froncement de sourcils…
Autre exemple, celui de deviner – sur 5 personnes – celui qui détient, un chiffre choisi au hasard et un mot écrit dans le public… bref, autant de situations qui démontrent que le succès d’un tour de magie dépend de la relation établie avec son ou ses participants, tout comme une vente, dépend, sur la qualité de la relation établie entre le vendeur et son client. D’où la nécessité de créer des temps forts et des temps faibles en alternance. Les premiers pour le formel et les seconds, pour l’informel. Nos échanges de tous les jours sont basés sur ces temps. Il ne faut pas négliger les temps faibles, car ils créent du lien et permettent d’établir une attention exclusive et sélective. Nous ne pouvons être attentif à deux choses à la fois. Si l’on devait retenir une seule chose c’est celle-ci : « Ce que tu penses être un problème de personnes et souvent un problème de situation » On ne change pas les gens, mais on peut créer des situations différentes, pour arriver à l’objectif que l’on s’est fixé. Une réalité importante « ne pas sous estimez la force de l’enthousiasme et l’attention que l’on prête aux
autres
», a rappelé le Psycho-illusionniste, Matthieu Sinclair. Vision cabinet tendances
Une deuxiéme intervention a eu lieu, celle de Vincent Grégoire du cabinet Nelly Rody pour mettre en perspective les évolutions et le nouvel ecosystéme qui existe dans la maison. « il faut amener des notions de style de produit pour animer et créer du désir à longueur de temps, avoir une culture de picking, car le consommateur devient décorateur concepteur » « il faut chercher la singularité, la différence contre l’uniformisation. »
A ce titre, Pascal Eckert, rappelera que l’offre qui était confidentielle il y a 10 ans est aujourd’hui, reprise par tous les gros acteurs du marché. "Aussi soyons à l’affût et à l’écoute des évolutions de tendance du marché, pour ne pas être dépassé. L’avenir se construit aujourd’hui."


marque de l'article :
  • Ucem


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché mobilier

Reportages vidéos Mobilier

copyright© 2018 | Site : JCD.web