[ analyse ] XERFI PRECEPTA : Étude, "Le marché de la literie à l'horizon 2022"

"Le marché de la literie à l'horizon 2022 - Essor des start-up du matelas roulé, riposte des enseignes spécialisées... quels leviers et perspectives de croissance ?" Voilà le titre de la dernière étude XERFI PRECEPTA. Segment vedette du mobilier grand public, la literie devrait conserver son rang à l'avenir. Pourtant le marché a marqué le pas en 2018 avec des ventes pratiquement stables (-0,3 %) à un peu plus de 1,3 milliard d'euros. Du jamais vu depuis 2012. Toutefois, selon les prévisions des experts de Xerfi Precepta, le marché de la literie devrait bientôt retrouver des couleurs, et les ventes devraient rebondir de 2,5 % par an en moyenne entre 2019 et 2022, pour atteindre 1,47 milliard d'euros. En effet, les ménages attachent une attention croissante à la qualité de leur sommeil, tandis que les acteurs ne cessent d'enrichir leur offre, avec, entre autres, la location de literie ou encore, la nouvelle technologie du matelas roulé-compressé. Déjà une dizaine de start-up ont investi le bed-in-box, visant les jeunes urbains et bousculant au passage les enseignes traditionnelles de la literie, souligne Xerfi Precepta.

publié le Vendredi 13 Septembre 2019

Précédente Suivante

EXTRAIT DE L'ÉTUDE XERFI PRECEPTA 

Auteur de l'étude : Matthieu Simon

Déjà une dizaine de start-up ont investi le bed-in-box, visant les jeunes urbains et bousculant au passage les enseignes traditionnelles de la literie. Ces jeunes pousses trustaient environ 10% du marché en 2018 et revendiquaient un chiffre d’affaires de 10 à 15 millions d’euros en France pour les plus grandes d’entre elles (Emma Matelas, Eve Sleep ou Tediber). Et depuis l’arrivée du géant américain du matelas roulé Casper dans l’Hexagone, les start-up ne cessent de grignoter des parts de marché. C’est d’autant plus vrai que désormais, elles ambitionnent de développer leur présence physique pour accroître leur visibilité auprès du grand public et gagner en notoriété. A l’origine purement digitales, elles ouvrent maintenant des boutiques en propre, à l’image de Tediber à Paris, ou signent des partenariats avec des enseignes d’ameublement, des grands magasins et des GSA pour créer des shop-in-shop
Eve Sleep s’est ainsi associée à But pour commercialiser ses produits dans 24 magasins de l’enseigne. Une incursion dans 
le commerce de détail physique qui valide implicitement les réseaux des enseignes historiques. 
Pour autant, la question de la rentabilité de ces jeunes entreprises reste entière, leurs comptes n’étant pas disponibles. 
Sans oublier que certaines d’entre elles ont déjà mis la clé sous la porte, comme Minuit7 et Moon Matelas, et que la multiplication des spécialistes du matelas roulé n’arrange pas les affaires des pure players déjà présentes.
Dans ce contexte, leur concentration semble inéluctable. A moins que des enseignes d’équipement de la maison ne se décident à les racheter. 

Les spécialistes pris en étau 
Pour ne pas laisser le champ libre aux nouveaux acteurs et soucieux de ne pas rater un segment à fort potentiel, les spécialistes de la literie (25% des ventes de literie en 2018) proposent à leur tour leur gamme de bed-in-box.
C’est le cas de Maison de la Literie et de La Compagnie du Lit. Elles devront toutefois gérer le risque de cannibalisation avec le reste de catalogue et le possible discrédit sur leur modèle d’affaires fondé sur l’hyper-choix et des prix plus élevés. L’innovation est également au programme. C’est ainsi que le groupe MDL International a lancé son offre de location de matelas sur le modèle du leasing automobile, pour son enseigne Maison de la Literie d’abord et pour l’Univers du Sommeil ensuite.  Les articles de literie connectés ont aussi fait leur apparition, à l’image de la gamme de matelas connectés lancée par Bultex en juin. 
Les chaînes de literie investissent aussi Internet, principalement pour générer du trafic en magasin. Leur présence sur le web reste néanmoins limitée. 
Les géants de la grande distribution d’ameublement n’ont pas non plus dit leur dernier mot. Grâce à une offre très large de produits d’entrée et de milieu de gamme ainsi qu’à la multiplication des opérations promotionnelles, Conforama, Ikea et BUT ont réussi à conserver leur avance sur les autres circuits de distribution. Ces acteurs ont effet totalisé plus de la moitié des ventes du marché en valeur en 2018.  En cassant les prix et en se positionnant sur l’entrée de gamme, 
les enseignes discount telles que GiFi pourraient également faire de l’ombre aux spécialistes.

Les chaînes de literie se heurtent par ailleurs à la concurrence des grands réseaux hôteliers (Sofitel, Sheraton, Ibis) 
qui proposent leurs ensembles de literie aux particuliers via des sites marchands dédiés. 
Sans oublier que le groupe d’électroménager Fnac-Darty est un compétiteur de poids. Les nouveaux magasins Darty comptent désormais des rayons literie. Le groupe peut aussi miser sur sa marketplace pour proposer plus de 10 000 références de matelas. 
En somme, les distributeurs de literie sont confrontés à une forte concurrence sur tous les niveaux de gamme. 
 


marque de l'article :
  • Groupe xerfi


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché mobilier

Reportages vidéos Mobilier

copyright© 2019 | Site : JCD.web