[ marques ] Le SNEC fait cause commune au service de la cuisine

Pour défendre, valoriser et pérenniser le métier de cuisiniste, le SNEC (Syndicat National de l’Equipement de la Cuisine), offre un nouveau visage, s’engage sur une voie de modernisation. Une approche pragmatique pour redynamiser et professionnaliser la corporation, répondre aux besoins de formations, proposer de nouveaux services indispensables à ses adhérents comme la Médiation.

publié le Mercredi 05 Avril 2017

Précédente Suivante

Le monde de la cuisine a un Syndicat : le SNEC, Syndicat National de l’Equipement de la Cuisine. Un syndicat redynamisé, une volonté clairement affichée de son Président, élu en 2014. Aymeric Foissey et du Conseil d’Administration. Tous deux désireux de faire du SNEC non pas un syndicat patronal mais une organisation professionnelle au service des professionnels concernés. « Nous sommes sur un marché porteur », rappelle Aymeric Foissey. « Le secteur a réalisé en 2016 plus de 2,7 milliards de chiffre d’affaires, affichant une progression de 5%. Mais il reste beaucoup à faire puisqu’en France le taux des cuisines équipées reste inférieur à 60 % alors qu’il approche de 80 % en Allemagne et en Grande Bretagne et 100 % en Italie ». Pour être entendu au niveau des pouvoirs publics et mieux défendre et protéger les intérêts de la profession, il s’agit de fédérer non seulement les fabricants mais aussi les grandes enseignes et leurs concessionnaires, les franchiseurs et leur réseau de franchisés, les magasins indépendants, PME et TPE… Bonne nouvelle du bilan 2016 : le « nouveau » SNEC a stoppé l’érosion des adhésions. Encore meilleure nouvelle en ce début de l’année 2017 : les chiffres sont en hausse et l’organisation affiche un bel optimisme, visant un millier d’adhérents d’ici la fin de l’année. Pour cela, le SNEC s’appuie sur une vision programmatique à savoir un projet d’actions concrètes, de réflexions sur l’avenir, de propositions de protection, de formation et d’assistance…auprès des réseaux des enseignes et des magasins indépendants.

SNEC comme Services !

Premier chantier : la formation, essentielle pour professionnaliser le métier et valoriser l’image du métier de cuisiniste. Pour cela, le SNEC propose de vrais parcours professionnels avec des CPQ (Certificats de Qualification Professionnelle) reconnus. Ils sont destinés à la formation de jeunes mais également au développement des compétences des salariés eux-mêmes et toutes personnes souhaitant reprendre une activité. Reconnu pour la qualité de ses formations, le SNEC (et son OPCA, les Agefos) dispose d’un budget de 1,5 millions d’euros pour financer ces formations. Le SNEC apporte aussi une aide précieuse à ses adhérents dans les domaines administratif, juridique, fiscal ou social. Les frais d’assurances et de protection juridique sont mutualisés à travers un partenariat mis en place avec Groupama. Trois cabinets d’avocats spécialisés chacun dans leur domaine (droit de la consommation, droit social et droit fiscal) apportent également des réponses en cas de litige. L’A.M.E (Association des Médiateurs Européens) est le Médiateur du SNEC. Tous ces services sont bien sûr inclus dans la cotisation demandée chaque année. Soit 615 € par an et par adhérent et 250 € de plus par magasin supplémentaire (le magasin supplémentaire bénéficiant des mêmes garanties de protection juridique que le siège social). Chaque mois, une newsletter, dite SNEC-Infos est envoyée aux adhérents, mettant à jour les dernières informations sur les évolutions du marché et rassemblant des témoignages avec des cas concrets permettant d’envisager des solutions. Le nouveau site www.snec.org est lui aussi une mine d’informations. « Nos prestations de service permettent d’anticiper le devenir de la profession en encadrant nos professionnels et informant des nouvelles réglementations, les adhérents-points de vente de cuisine » précise Aymeric Foissey.

Une présence forte sur Foire de Paris

Reste à faire connaître ces actions et enregistrer de nouvelles adhésions… Un lieu de rendez-vous incontournable pour tous les professionnels y compris de nombreux jeunes désireux de s’engager dans la filière, le Sadecc (Eurexpo Lyon du 7 au 10 Avril). Le SNEC a cette année décidé d’y tenir son assemblée générale ordinaire. Il y aura aussi 3 tables rondes sur les sujets d’actualité : la formation aux métiers de concepteur/vendeur ; les acomptes et le devenir de la TVA versée au moment de l’établissement des devis ; l’obligation de réaliser les métrés. L’occasion pour le SNEC de montrer son dynamisme au service de la profession. Si en 2017, le SNEC s’oriente sur un recrutement par réseaux, pour autant, tous les cuisinistes indépendants sont tout aussi bienvenus !

Foire de Paris (27 avril-8 mai) avec qui le SNEC co-organise l’espace cuisine (près de 4000 m2 d’exposition, soit le plus grand espace d’exposition de cuisines équipées sur mesure Grand-Public d’Europe) est également un moment important de la vie du Syndicat parce que Foire de Paris est la vitrine « Premium » du secteur pour les consommateurs qui ont besoin d’être assurés et totalement rassurés avant de s’engager dans leur projet.


marque de l'article :
  • Snec


article par la rédaction

contactez la rédaction

Restez informé sur les articles correspondants à la marque :

Les commentaires de l'article

laissez le premier commentaire sur cet article
Laissez-nous votre commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous :
indiquez votre Nom, Prénom ou Pseudo | 50 caractères maximum
adresse email au format xxxx@xxxxx.xx | 75 caractères maximum
* champs requis

à la une du marché cuisine

Reportages vidéos Cuisine

copyright© 2018 | Site : JCD.web