Notre site Web utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience et pour afficher des publicités (le cas échéant). Notre site Web peut également inclure des cookies de tiers tels que Google Adsense, Google Analytics, Youtube. En utilisant le site Web, vous consentez à l'utilisation de cookies. Nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. Veuillez cliquer sur le bouton pour consulter notre politique de confidentialité.

Des Français plus économes pour les fêtes et les cadeaux de fin d’année

Opinionway, acteur majeur de l’innovation dans les études marketing et opinions, s’est associé à la plateforme d’optimisation de gestion des stocks Autone pour réaliser une étude sur la manière dont les français abordent Noël dans cette période d’inflation. 

Si 49% des français déclarent attendre cette fête pour oublier temporairement les tensions actuelles en France, ils sont 39% à ne pas vouloir fêter Noël ; un pourcentage qui grimpe à 50% chez les 35-49 ans. La période est aussi cause de stress, 71% des sondés estimant être stressés par leurs achats de Noël. 59% estiment que la première cause est de trouver la bonne idée de cadeau, pour 54% le stress vient du budget (+7 par rapport à 2021 et +15 par rapport à 2020) et pour 53% il résulte de la recherche du meilleur prix (+7 points par rapport à 2021). L’enquête révèle aussi qu’environ 1 Français sur 4 craint d’être déçu par ses cadeaux (25%) ou d’avoir des cadeaux de moins bonne qualité (24%), et 1 Français sur 3 craint d’en recevoir moins que d’habitude.

Plus globalement, l’étude révèle que 34% des Français pensent moins dépenser en raison du contexte international et que 17% ont l’intention de revendre les cadeaux reçus (31% chez les 35-49 ans). 61% des Français estiment que l’inflation aura un impact sur les dépenses de Noël, et 72% des parents d’enfants de moins de 18 ans. Près de la moitié des interrogés seraient prêts à réduire leur train de vie au profit des achats de Noël, 55% pour ce qui est dépenses d’habillement et de sortie, 50% pour les vacances et week-end et 49 % pour les dépenses culturelles et d’électroménager.

Pour le repas de Noël, 68% du panel serait prêt à renoncer à la nourriture (32% pour le foie gras, 16% pour la bûche) et 59% à l’alcool (42% pour le champagne, 29% pour les vins). Pour les cadeaux, 67% ont réduit les dépenses en achetant des cadeaux moins chers et 59% en ont acheté moins (+8 points par rapport à 2021). 66% ont décidé de réduire le budget des cadeaux pour les adultes et 46% pour celui des enfants. En ce qui concerne les personnes de l’entourage que les Français seraient prêts à sacrifier, les parrains/marraines sont les premiers (30%), suivi des neveux/nièces (22 %), puis la belle-mère (21%), le beau-père (15%), les parents (12%, le double chez les 18-24 ans), les enfants (4%) et les petits enfants (1%). La moitié des interrogés a également réduit les dépenses en n‘achetant plus de sapin. Notons aussi que 64 % des interrogés ont commencé leurs achats de Noël plus tôt que d’habitude.

Cette année, le budget alloué aux dépenses de Noël sera en moyenne de 304€, soit 8% de plus que les 282€ de 2021, mais toujours moins que les 342€ en 2018. Parmi ce budget, 157 € sont consacrés aux achats en ligne, soit 16 % de plus qu’en 2021 (193€ dans les foyers accueillant des enfants de moins de 18 ans). Ceux en magasins ont connu une hausse de 2 % passant à 154 €, et atteignent les 184 € pour les 65 ans et plus. Pour 43 % des interrogés, les tensions les poussent à moins fréquenter les magasins, bien que 65 % pensent les fréquenter (49 % en 2020). Les magasins physiques sont privilégiés pour l’habillement (36 %), les produits de beauté (34 %) et les produits d’équipement de la maison (31 %). Concernant les types d’enseignes, les Français plébiscitent à l’identique les grandes surfaces, les magasins spécialisés et les sites internet n’ayant pas de magasin physique (70%). Les petits commerçants arrivent ensuite (57 %). En bas de classement, les grands magasins ne séduisent que 31% des répondants.

Pour les consommateurs, les magasins offrent les avantages de voir/essayer les produits (57 %), d’avoir les produits immédiatement (54 %) et d’être dans l’ambiance de Noël (37 %). Les achats en ligne permettent quant à eux d’éviter le monde (52%, -2 points vs 2021), de bénéficier de meilleurs prix (51%, +4 points par rapport à 2021), d’acheter à toute heure (48%, -1 point vs 2021) et de comparer plus facilement les produits (43%, +2 points par rapport à 2021). 74% attendent la gratuité des frais de livraison (82% en 2018), et 65% la gratuité des frais de port en cas d’échange ou de remboursement (80% en 2018).

67 % des français ont acheté leurs cadeaux avant fin novembre (75 % pour les 24-35 ans) et 89 % auront fini leurs achats deux semaines avant Noël, seuls 2 % attendront jusqu’au dernier week-end. 3 % déclarent attendre après les fêtes pour avoir les meilleurs prix. 57 % des interrogés estiment la date butoir au 10 décembre et 82 % la prolonge jusqu’au 17 décembre.

Par La Rédaction

Le magazine du pilote.

Articles qui peuvent aussi vous intéresser

×