Notre site Web utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience et pour afficher des publicités (le cas échéant). Notre site Web peut également inclure des cookies de tiers tels que Google Adsense, Google Analytics, Youtube. En utilisant le site Web, vous consentez à l'utilisation de cookies. Nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. Veuillez cliquer sur le bouton pour consulter notre politique de confidentialité.

Le bricolage en progression en 2012

Mal en point depuis le début de l’année, le marché du bricolage a toutefois terminé 2012 sur un résultat positif, à 1,9 %, selon Unibal. Il représente 24,50 milliards d’euros, ce qui en fait le premier marc

Les ouvertures et les agrandissements de magasins (+ 4 %) réalisés par les enseignes de bricolage ont permis de soutenir l’activité en 2012. C’est la conclusion d’Unibal, l’organisation professionnelle des industriels du bricolage, du jardinage et de l’aménagement du logement, qui annonce que le marché a affiché l’an dernier une croissance de 1,9 %, pour atteindre 24,50 milliards d’euros (avec le rayon jardin des grandes surfaces de bricolage). Malgré un dernier trimestre très difficile pour les intervenants du secteur, le bricolage termine donc l’année en positif. Il demeure le premier marché d’équipement des ménages, devant le meuble, le sport, la TV-hifi, l’électroménager et la micro-informatique, avec une dépense annuelle de 800 euros par ménage.Mais l’année 2013 s’annonce très compliquée:
Unibal a confirmé dans ses prévisions s’attendre à une activité en forte baisse, aussi bien pour le bricolage que le jardinage. Le recul, au global, pourrait être de l’ordre de 7,5 % à 8 %. Soit – 5 % pour le bricolage et – 26 % pour le jardinage.
Unibal évoque évidemment « une contre-performance », terrible, notamment pour l’activité jardin. Et avance plusieurs raisons à ces mauvais résultats, dont une météo peu favorable, qui impacte le jardin mais aussi la décoration, dont les projets seraient, pour la plupart, « repoussés de quelques semaines ». La crise du pouvoir d’achat, avec les arbitrages qu’elle provoque chez les consommateurs, et la faiblesse des transactions immobilières, seraient également en cause.Côté distributeurs, si les négoces matériaux et les grandes surfaces alimentaires (GSA), avec respectivement + 1,7 % et + 1,5 %, ont conservé un trend positif l’an dernier, les grandes surfaces de bricolage (GSB) ont affiché des résultats plus contrastés, positif en bricolage (2,6 %) mais négatif pour le jardinage (1,9 %).
Toutefois, les GSB, représentées à plus de 70 % par deux groupes de distributeurs (Adeo, avec Leroy-Merlin, Bricoman et Weldom, et Kingfisher, avec Castorama et Brico-Dépôt) continuent d’assurer 76 % des ventes.

Par La Rédaction

Le magazine du pilote.

Articles qui peuvent aussi vous intéresser

×