Notre site Web utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience et pour afficher des publicités (le cas échéant). Notre site Web peut également inclure des cookies de tiers tels que Google Adsense, Google Analytics, Youtube. En utilisant le site Web, vous consentez à l'utilisation de cookies. Nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. Veuillez cliquer sur le bouton pour consulter notre politique de confidentialité.

D’exigence, d’indépendance et d’engagement

Eberhardt, fête cette année ses 100 ans printemps, et pourtant, l’entreprise n’a rien à envier à ses cadettes. Fière de son passé, cette PME familiale s’inscrit dans l’avenir avec dynamisme, ambition et dét

Depuis tout juste un siècle, Eberhardt Frères (E+F) est restée fidèle aux valeurs d’entreprise qui animaient déjà, en 1912, son créateur, Adolf Eberhardt. Fidèle tout d’abord à une vraie culture industrielle, qui puise ses racines au cœur de l’Alsace (Strasbourg) conjuguant les atouts germaniques que sont la rigueur et le sérieux du travail aux qualités françaises en termes d’esthétisme et de commerce. En résulte la philosophie « être au service de l’exigence » que s’est forgée l’entreprise alsacienne, qui, en plus d’une division professionnelle (équipements pour cuisine entretien du textile, froid scientifique), distribue à destination du grand public, les marques Liebherr (spécialiste du froid), Baumatic (cuisson) et Falmec (aspiration). L’indépendance capitalistique constitue également l’une des valeurs à laquelle elle n’a jamais dérogé afin de conserver une totale autonomie décisionnelle. E+F a donc toujours privilégié – et continuera de le faire – la croissance interne pour maitriser ses besoins financiers, s’assurer la réactivité nécessaire pour conserver son dynamisme et préserver sa culture d’entreprise qui lui est si chère. Sans oublier, aussi, le capital humain, véritable moteur de l’entreprise. « Notre capital humain est notre force, ce sont les hommes et les femmes – des collaborateurs motivés, compétents et impliqués- qui ont fait ce qu’elle est aujourd’hui et continuent à la faire prospérer », insiste Christian Eberhardt, l’un des petits-fils du fondateur de la société, qui en tient les rênes depuis 1988. Car E+F, c’est avant tout une histoire de famille : 3 générations se sont succédées à la tête de l’entreprise et la 4ème a rejoint, l’année dernière, les forces vives de la PME familiale qui emploie aujourd’hui 150 personnes, réalise un chiffre d’affaires de 130 millions d’€ et qui a créée, en 2011, 2 nouvelles filiales pour se développer à l’international, notamment au Maghreb : l’ouverture d’un show-room de 300m2 à Casablanca a signé le lancement de cette nouvelle activité pour l’entreprise.

Le « Made in Europe », un crédo qui ne date d’hier chez E+F

C’en est même devenu la marque de fabrique de cette PME née au cœur de l’Europe ! Son PDG s’affiche comme un fervent défenseur du Made In Europe. «Nous avons développé des partenariats avec des fabricants exclusivement européens (français, allemands, italiens, autrichiens, suisses, belges, bulgares, slovènes…). Le vrai savoir-faire et surtout 95% des innovations dans nos domaines électroménager et professionnel sont dus à l’industrie européenne, il faut les préserver, les promouvoir et les défendre », affirme cet Européen convaincu qui estime que sans le réflexe « Made in Europe », « nous courrons un désastre économique pour l’Europe ».

1912-2012 : les étapes d’un développement raisonnable et raisonné

1912 : Adolf Eberhardt créé AEK pour « Adolf Eberhardt Koenigshoffen » du nom de son créateur et du quartier de Strasbourg dont la société est issue. D’une activité artisanale de ferblanterie, l’entreprise s’oriente dans les années 30 vers la fabrication de chauffe-eau et lessiveuses.

1936 : A la mort d’Adolf Eberhardt, c’est sa femme, Henriette, qui reprend les rênes de la société, jusqu’en 1943. Une situation peu fréquente à l’époque. La saga familiale Eberhardt commence…

1943 : Forts de leurs expériences techniques, les frères Adolphe et Charles Eberhardt prennent le relais à la direction de la société, bientôt rebaptisée « Eberhardt Frères ».

1946-1965 : Période charnière pendant laquelle la société passe de l’artisanat à l’industrie. Elle développe sa propre marque de machines à laver Calorex et se lance dans une activité commerciale avec la distribution, pour la France, de la marque allemande Junkers (chauffe-eaux à gaz) en 1952 et Liebherr (spécialiste du froid) en 1954.

1966-1988 : Les années de la distribution et de la diversification. Le mot d’ordre de cette période est « s’adapter » ! Calorex devient Katorex. La fabrication de machines à laver est abandonnée au début des années 70, l’usine se réoriente vers le marché de la sous-traitance, une nouvelle activité qu’elle assume avec succès grâce à son savoir-faire et sa flexibilité. Elle se tourne vers la fabrication d’habillage de bâtiment et de plafond acoustique (Parlement Européen de Strasbourg, Cité des sciences de la Villette, centre TV de Ryad, Ministère des Finances de Paris Bercy, etc.). L’activité commerce explore de nouveaux créneaux : développement de l’activité électroménager import avec les marques Kalorex et Liebherr, naissance (en 1969) d’une division « Professionnel » avec la mise au point de produits spécifiques glacier et boisson. En 1975, Roger Eberhardt, fils aîné de Charles, entré en 1954 dans la société, après des études d’ingénier, dirige l’usine E+F. Henri Eberhardt, fils de Charles, rejoint la société en 1978 où il occupe la direction commerciale du Sanitaire Chauffage puis la direction du Marketing de la PME. En 1988, Christian Eberhardt, tour à tour responsable du contrôle de gestion et directeur commercial, succède à son père à la direction générale de la société.

1989-2011 : Recentrage et forte croissance. E+F conduit une nouvelle stratégie qui se traduit par un recentrage et le développement de synergies autour des activités import Electroménager et Professionnel pour lesquelles la société s’impose comme un acteur majeur. E+F introduit dans son giron de marques 2 nouveaux partenaires, Baumatic (Cuisson) et Falmec (Aspiration) mais cède ses activités sanitaire-chauffage import et grossiste régional, devenues incompatibles avec son évolution. En 2003, la société se structure en holding et intègre 2 hôtels 4 étoiles avec des cuisines pilotes pour tester, développer, et présenter l’offre d’équipement professionnel E+F. En 2005, elle se dote d’une plate-forme logistique éco-responsable de plus de 20 000 m2 près de Lyon. En 2011, E+F affiche son ambition de se développer à l’international en commençant par le Maghreb où elle a créée 2 filiales en 2011 (E+F Maroc et E+F Export) ainsi qu’un grand show-room de 300m2 à Casablanca.

Par La Rédaction

Le magazine du pilote.

Articles qui peuvent aussi vous intéresser

×